Les " à côtés " d'un architecte côté


Le président fondateur de l'association historique a grandement contribué à faire reconnaître Gabriel Pagnerre. A tel point que depuis quelques années, il est maintenant habituel que l'estampille de l'architecte soit signalée lors de la vente d'une maison. Nous connaissons même quelques habitants d'une demeure Pagnerre qui en ont quitté une pour aller dans une autre. Par contre le côté "village" de Mons-en-Barœul se fait parfois encore sentir, certains estimant que l'on en fait de trop pour cet architecte considéré comme ayant travaillé pour les riches et la bourgeoisie !! Pourtant si l'on se donne la peine de bien découvrir sa personnalité, on s'aperçoit qu'il a été à l'inverse haït par d'autres en raison de ses opinions. Partisan de la révolution bolchévique, membre d'une loge maçonnique, adepte des théories modernistes, proche d'autres courants plus à droite ... Justement un être entier, foncièrement honnête, patriote, révolté par l'injustice, mettant son savoir-faire pour le bien de tous. Bien trop complexe pour être résumé à une image réductrice et donc fausse. Quelle chance pour notre ville d'avoir eu ce précurseur. Ami de Le Corbusier il a su anticiper sur l'évolution de l'architecture et de la ville. Concevoir en 1910 des maisons avec garage, et même parfois pour deux véhicules ! Comprendre l'importance d'une métropole et de la création du Grand Boulevard. Développer en 1925 un plan de développement de la ville de Mons-en-Barœul, tellement en avance que des projets actuels en sont proches ! Tout en s'intéressant aux classes moins aisées et en réalisant pour elles des habitations toutes différentes, comme les HBM, avant même la promulgation de la loi Loucheur. Aucune monotonie dans ses logements, afin que les rues soient agréables à parcourir et l'individu préservé. Merci Gabriel Pagnerre.