Regard en arrière

Le site de Lille Métropole reprend quelques vues croisées. Mons-en-Barœul avait eu l'honneur d'ouvrir la série avec cet article de Didier Bataille. Cet angle entre la rue Daubresse Mauviez (devenue rue du Général de Gaulle) et la rue Pasteur a subit beaucoup de transformation. On y évoque la maison qui porte la double signature des deux architectes Pagnerre. Vous retrouverez plus de renseignements dans le prochain ouvrage des éditions Alan Sutton qui devrait paraître en février 2011. Il sera publié dans la collection Regards Croisés. Croiser des vues anciennes et actuelles est toujours très étonnant comme nous l'avions déjà montré, depuis le début de ce siècle, dans les publications " Mons Avant - Mons Après ".

Une nouvelle Pagnerre découverte à Halluin


Cette grande construction de Gabriel Pagnerre a été identifiée ce jeudi 23 septembre 2010 à l'angle des rues Gabriel Péri et  Polydore Delaere. Nous étions persuadés qu'il devait rester une œuvre de cet architecte à Halluin. Il y a encore des sgraffites et on devine l'inscription " Maison du peuple " sur le balcon. Une heureuse découverte pour cette ville qui vient justement de consacrer une place à Gabriel Pagnerre à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine le week-end dernier. Parions que cet édifice privé, actuellement occupé par des professions médicales et paramédicales, ne connaîtra pas le même sort malheureux  que les deux constructions publiques : le dispensaire et l'école du Colbras qui ont été détruites.



Ci-dessous le balcon au dessus de la porte principale avec une inscription que l'on peut encore deviner : Maison du peuple. Plusieurs éléments architecturaux typiques signent cette construction comme étant de Gabriel Pagnerre. A comparer avec plusieurs maisons de La Madeleine, Lille, Roubaix et de Mons-en-Barœul. Comme il est expliqué dans le livre " Gabriel Pagnerre, architecte de notre terre " en pages 18 et 19.




L'inscription " Maison du peuple " est aussi importante que la découverte de cette construction. Il existait une Maison du Peuple à Bruxelles, détruite malgré de vives protestations en 1985, un bâtiment de style Art nouveau construit par Victor Horta pour le Parti ouvrier belge, qui voulait disposer d'un vaste lieu de rencontre au centre de la ville. Le bâtiment d'Halluin revêt donc une exceptionnelle importance historique.


Vous pouvez voir cette maison sur Google maps et Street view en cliquant ici

Pagnerre aux Journées Européennes du Patrimoine à Halluin et Menin (Belgique)



Monsieur Philippe Marcaille, archiviste de la ville d'Halluin, a réalisé une évocation de l'œuvre architecturale de Gabriel Pagnerre à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Comme la ville d'Halluin est frontalière avec la ville de Menin en Belgique, ces journées du patrimoine sont vraiment européennes, et cela donne un texte en flamand de présentation de l'œuvre de Gabriel Pagnerre.

Quelques pages en avant première


Un nouvel ouvrage va paraître en février 2011. Dans la série Regards Croisés (comme pour l'ouvrage sur le Grand Boulevard, qui a connu un énorme succès et va être réédité) il s'agira de mettre en parallèle des images du Mons ancien avec des vues actuelles. Voici quelques pages en avant-première (NB le texte ne correspond pas). Gabriel Pagnerre y sera bien représenté comme il se doit, compte tenu de l'importance de Mons-en-Barœul dans son parcours d'architecte. On y retrouvera la maison atelier détruite pour le percement de la voie rapide, les maisons de la place Alexandre Dumas, celles des rues Pasteur, Poissonnier (Pépinière) et du Général de Gaulle ainsi que ses deux premiers cabinets d'architecture. Ce quatrième livre sur Mons-en-Barœul sera aussi (enfin) le premier en couleurs.



Une autre Pagnerre en beauté




Merci à Patrice Deraugnaucourt qui, alors qu'il est en train de réaliser des photos panoramiques pour le prochain ouvrage, a profité pour imaginer le Vert Cottage sans les attributs modernes. Un jour sans doute, espérons le, les disgracieux poteaux de l'EDF, de l'éclairage municipal et de France Telecom finiront bien par disparaître. En attendant voici en imagination, grâce à Photoshop, cette belle réalisation comme on pourrait en rêver.



Avec le printemps les Totems sont réapparus



A l'occasion de la route du Louvre, plusieurs autres parcours étaient organisés ce week-end, dont un circuit en roller sur le Grand Boulevard entre le parc Barbieux et Lille. A cette occasion quelques totems ont fait leur réapparition. Rares toutefois et uniquement sur Marcq-en-Barœul. Ce qui nous vaut cette photo d'une maison Pagnerre, en arrière plan ... bien que non répertoriée sur cette borne explicative.

Des Pagnerre en beauté



Belle surprise en ce début d'année, lorsque les bâches qui protégeaient ces deux maisons ont été enlevées. Comme dans un numéro de magie, voici une série de Pagnerre en beauté.

Edition spéciale

Plusieurs manifestations se préparent pour la fin de l'année pour retracer le parcours de Gabriel Pagnerre. Une exposition est prévue dans la ville d'Halluin, ce que nous pensons annoncer avec une édition très spéciale !

Cliquez sur le journal pour l'agrandir.

La maison familiale dans l'Illustration




Cette photo (ci-dessus à droite) est parue dans la revue L'Illustration en 1930, soit un an après la construction de cette maison familiale de Gabriel Pagnerre sur le nouveau Grand Boulevard de Lille à Roubaix et Tourcoing (branche Lille à Roubaix). Cela montre l'importance qu'à eu cette réalisation à cette époque (1929) dans le mouvement architectural, avec une parution dans un illustré à grand tirage national. Cette habitation connue aussi sous le nom de maison isotherme ou maison double, avait été nommé par Gabriel Pagnerre lui-même maisons jumellées. C'est la première fois que nous voyons apparaître le terme maison familiale. Merci à Hubert Hennart, un des adhérents d'Eugénies qui vient de trouver ce document et à Nathalie Amelin, responsable du patrimoine à la Corderie de Marcq-en-Barœul qui nous a apporté les références précises. Ref : L'illustration n° 4581, du 20 décembre 1930, page 573

Il est intéressant de comparer cette illustration avec la photo actuelle de cette maison. Malheureusement assez bien modifiée, elle a toutefois échappé à une destruction à plusieurs reprises. L'association Eugénies s'efforce de faire prendre conscience de ce patrimoine, afin qu'il ne subisse pas le sort des constructions d'Halluin.