Une construction de Lucien Pagnerre

Grâce à Sophie Di Nallo responsable du service "Ville d'Art et d'Histoire" à la ville de Lille, situé Porte de Paris, nous venons d'avoir connaissance de cette construction qui se trouve rue Boldoduc à Lille. Le pavillon Sainte Marthe est signé de L. Pagnerre. Il est daté de 1891. Il s'agit donc d'une construction du père. C'est le seul exemple connu jusqu'à présent d'une réalisation signé du père seul.





L'école de Nancy

Voici quelques maisons Art Nouveau de style géométrique de l'école de Nancy, que n'auraient pas désavoué Gabriel Pagnerre.

La premières est la villa Majorelle, située au n°1 dans la rue du même nom. De son vrai nom villa "Jika" du nom de l'épouse de l'ébéniste nancéien Louis Majorelle, cette villa a été bâtie en 1901 par l'architecte parisien Henri Sauvage (1873-1932).




























Jacques Majorelle, fils de Louis, était peintre mais surtout très grand jardinier amateur, qui a créé un magnifique jardin à Marrakech autour d’une villa art déco hors du commun. Le Corbusier y a mis une touche sans en être le créateur. C’est Yves St Laurent qui a racheté la maison et le jardin pour les restaurer avec l’aide de l’état marocain. Aujourd’hui seul le jardin et les dépendances aménagées en galerie d’art se visitent.
Le fameux bleu Majorelle met en valeur les verts du jardin et donne une ambiance que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

La deuxième (ci-dessous) est la villa des Glycines, rue des Brice. Jules Villard voulait faire de ce quartier du Saurupt un ensemble Art Nouveau. Faute de moyens seules quelques maisons ont été construites. Dont celle-ci au n°5 qui avec la Villa des Roches au n°6 furent les deux premières constructions d'Emile André à Nancy.