HALLUIN



On connaît trois constructions de l'architecte Gabriel Pagnerre dans la ville d'Halluin. Etonnement il ne s'agit que de constructions publiques, ce qui constitue un fait tout à fait exceptionnel. En effet ses constructions sont assez rares dans son œuvre, car il fallait obtenir les marchés d'état réservés aux architectes agréés. Paradoxalement à l'inverse il n'y a semble t-il aucune construction privée, on a juste retrouvé une rénovation pour des ateliers, ce qui ne peut être considéré comme une réalisation empreinte de son style.

Ces trois bâtiments publics sont : la Maison du Peuple, le dispensaire et l'école Jules Guesde dans le quartier du Colbras.

De ces trois témoignages il n'en reste malheureusement plus qu'un seul, puisque la ville d'Halluin, qui avait la chance exceptionnelle d'être la seule commune à posséder trois exemples significatifs de constructions officielles, n'a pu conserver que la Maison du Peuple.

La déception est relative, car la seule construction restante est essentielle, en effet outre qu'il s'agit de la première commande d'état pour Pagnerre, elle témoigne de ses sympathies politiques.

Pour l'école si on peut regretter sa disparition, malgré nos efforts, il existe heureusement une construction similaire à St Pol-sur-Mer qui elle a survécu.

 L'école Jules Guesde du Colbras 
 a été inauguré le 3 septembre 1933 

Le quartier du Colbras, à Halluin, ne disposait que de baraquements en guise d'école. Devant le développement de la population du quartier, un projet de construction est lancé en 1929. C'est l'architecte Gabriel Pagnerre qui en réalise les plans. La réalisation de ce projet demande quelques années puisque l'inauguration se fait le 3 septembre 1933. Après la seconde guerre mondiale de nouvelles classes sont construites et l'école fut repeinte en blanc d'où son surnom "d'école blanche".


La construction de l'école Jules Guesde de Gabriel Pagnerre dans le quartier du Colbras à Halluin

L'association Eugénies est dépositaire d'un superbe album, comportant une centaine de photographies, montrant la construction de ce groupe scolaire. Ce document, qui est de la main même Gabriel Pagnerre, nous a été remis par la famille que nous remercions vivement.





































 La Maison du Peuple inaugurée 
 le 26 juillet 1914 




Les sgraffites visibles tout en haut de la façade sont très symboliques. Les cheminées fumantes des usines se dressent fièrement au bord du rivage, alors que sur la mer voguent deux bateaux. Dans cette représentation dynamique à la gloire des travailleurs : ouvriers et marins, on découvre une inscription emmêlée parmi les rayons solaires.





Cet imprimé annonce une manifestation pacifiste quelques jours avant la déclaration de la guerre 1914-1918. La Maison du Peuple, qui vient juste d'être terminée, se trouve être le lieu de l'expression d'un pacifisme, tout à fait en accord avec les idées de son architecte. Toutefois Gabriel Pagnerre acceptera de partir défendre la patrie dans les jours suivants, et qui plus est en plein cœur de la bataille à Verdun ...


Vers les années 1920/1930, les grèves et actions revendicatives sont nombreuses. Certaines d'entre elles, vont étendre bien au delà de la région la réputation d'Halluin la rouge. 




Sur cette photo, prise dans la cour de la maison du peuple - rue St André - (actuellement Gabriel Péri), des enfants et des jeunes s'apprêtent à défiler, avec pancartes, slogans, chants populaires pro-ouvriers et anti "patrons".
Ils dénoncent leur adversaire n°1, Désiré Ley secrétaire du consortium du syndicat patronal textile, qu'ils qualifient de "filou".



Sur cette autre photo, prise devant la Maison du Peuple, le syndicat de la Confédération Générale du Travail (CGT). Assis sur le trottoir Hervé Nuytens, et de droite à gauche : Léon Destoop, Bernard Vandewalle, ?, Victor Dehaene, Marcel Devriese, Georges Maenhout, Paul Verheu, ?, Oscar Bekaert, Edmond Noppe, Robert Casier, Daniel Seynaeve, André Lemonnier et Henri Bonte.

La brochure du Syndicat d'Initiative de la ville d'Halluin met l'accent page 26 sur cette construction. Nous avons de nombreux indices qui nous font penser que cette réalisation est due à l'architecte Gabriel Pagnerre, et avons recontacté l'association historique de cette ville et son président le Dr Louf, pour connaître l'état d'avancement des recherches.
Nous apprenons que ce bâtiment a été inauguré le 26 juillet 1914, ce qui en ferait le premier édifice public de cet architecte juste après l'obtention de son diplôme, en 1912 par l'architecte Laloux, qui lui permettait d'accéder au marché d'état.
Ce qui nous rassure, après la démolition du dispensaire et de l'école du Colbras, qui étaient les deux autres bâtiments de Gabriel Pagnerre dans cette commune, c'est le mot " sauvegardée " qui figure dans le texte.
Cette Maison du Peuple a abrité le siège du Parti Communiste. On connaît les sympathies de l'architecte pour le mouvement bolchevique à cette époque, qui lui valurent d'ailleurs de nombreuses difficultés après guerre.
Cette Maison du Peuple fut également occupée par le syndicat CGTU, la Mutuelle et la Coopérative La Fraternelle qui gérait une épicerie et une boulangerie. On y trouvait aussi d'autres organisations comme la symphonie La Prolétarienne, l'harmonie La Fraternelle, le football avec le Sport Ouvrier, la gymnastique avec l'Avant-Garde, le cercle dramatique et les Enfants de Jaurès, ensemble sportif et musical de fillettes.
Il est précisé qu'au balcon du premier étage se trouvait la salle des fêtes. Actuellement, outre le cabinet médical et para-médical du rez de chaussée, ce bâtiment abrite également des appartements.





Sur cette carte photo des années 1950, et son agrandissement ci-dessous, on devine les sgraffites, heureusement sur une carte postale plus ancienne des années 1920 ceux-ci sont nettement plus discernables. 




La situation comparée des sgraffites à 70 ans d'écart. Il serait intéressant de retrouver les couleurs d'antan à l'occasion du centenaire de ce bâtiment en 2014. Sur l'agrandissement ci-dessous on distingue des cheminées d'usine dont les fumées se mélangent très symboliquement aux rayons solaires. Les fils électriques disgracieux eux ont survécu !








La Maison du Peuple fut inaugurée le dimanche 26 juillet 1914. Le rez-de-chaussée est occupé par un café et des bureaux, une salle des fêtes avec scène permet d'organiser des bals ou des séances de cinéma. Cette maison abrite le siège du Parti Communiste et du syndicat CGTU, de la mutuelle et la Coopérative La Fraternelle. A la Coopérative on pouvait acheter du pain, de l'épicerie et du charbon. Au premier plan la carriole avec le baudet assurait le portage du pain à domicile.

 Le dispensaire 




Ci-dessous les actes de délibération pour la création du dispensaire